planche


planche

planche [ plɑ̃ʃ ] n. f.
• v. 1190; bas lat. planca, fém. de plancus « aux pieds plats », du gr. phalanx
I
1Pièce de bois plane, plus longue que large et généralement peu épaisse. ais, chanlatte, latte, planchette, palplanche. Scier des planches dans un tronc d'arbre ( refendre) . Planche de sapin ( sapine) , de chêne. Planche couverte d'écorce ( dosse) , non équarrie. Aplanir, raboter une planche. Planche très mince. feuillet. Planches utilisées pour la couverture, le cloisonnage. 1. bardeau, volige. Planche à tonneau. 1. douve. Planches assemblées ( alèse, languette, onglet) , clouées; jointives. Caisse, barrière en planches. Maisonnette en planches. baraque, cabane, chalet. Sol en planches. 1. plancher. La planche d'un plongeoir. « Il y avait des planches fort longues et fort élastiques qui servaient de ponts sur les plus larges de ces fossés » (Stendhal). « Des planches, en guise de table, ont été posées sur des tréteaux » (Alain-Fournier). Les planches d'une armoire, d'un placard ( 2. rayon) ; servant d'étagère ( tablette) .
Mar. Pièce de bois servant à monter à bord, au chargement et au déchargement des marchandises. Retirer la planche. Jours de planche, de chargement et de déchargement ( starie) .
Planche à dessin : panneau de bois parfaitement plan sur lequel on fixe une feuille de papier à dessin (notamment en dessin industriel et d'architecture). — Planche à laver, sur laquelle on foule, on brosse le linge. — Planche à repasser. Planche à découper. Planche à pâtisserie, sur laquelle on pétrit la pâte. — Planche à pain, sur laquelle on pose le pain pour le couper. Loc. fig. Avoir du pain sur la planche : avoir beaucoup de travail devant soi. Elle est maigre, plate comme une planche (à pain), très maigre. C'est une planche à pain.
Loc. Être (cloué) entre quatre planches, mort et enfermé dans un cercueil. — (1594) Planche de salut : ultime ressource, dernier moyen. — Planche pourrie : personne dont l'appui ou l'aide est incertain et dangereux. — (1808; d'ab. n. d'une nage) Faire la planche : flotter sur le dos. « Au large, nous avons fait la planche » (Camus).
2(1780) LES PLANCHES : le plancher de la scène, au théâtre. ⇒ scène, théâtre (cf. Les tréteaux). Loc. Monter sur les planches : faire du théâtre. Brûler les planches : jouer avec une fougue communicative.
Le théâtre. « J'ai eu dans mon enfance et ma jeunesse un amour effréné des planches. J'aurais été peut-être un grand acteur » (Flaubert).
3Pièce de bois plate et mince; plaque, feuille de métal poli, destinée à la gravure et à la reproduction par une impression. Les caractères mobiles ont remplacé les planches d'imprimerie. Abusivt Composition d'imprimerie.
Spécialt Planche à billets, servant au tirage des billets de banque. Loc. Faire marcher la planche à billets : mener une politique inflationniste.
4Par méton. Estampe tirée sur une planche gravée. gravure; 2. estampe. « cet œuvre [de Gavarni], éparpillé en livres, en albums, en séries et en planches détachées » (Gautier). Planches en hors-texte.
Feuille ornée d'une gravure. Les planches en couleurs d'un livre.
Photogr. Planche-contact n. f. :tirage sur une seule feuille sensible de l'ensemble des vues d'un film photographique.
5Techn. Lingot de laiton.
Bloc d'ardoise brut.
Cuis. Grand et long morceau de lard.
6Aviat. Planche de bord : panneau où se trouvent les instruments de bord. ⇒ tableau.
7Sport Planche d'appel. Fam. Ski. Farter ses planches.
8(1977) Planche (à voile) : planche munie d'une dérive, d'un mât central et d'une voile que l'on fait avancer sur l'eau; sport ainsi pratiqué. ⇒aussi funboard. Faire de la planche ( planchiste, véliplanchiste) . Planche de surf. (1977) Planche (à roulettes) : petite planche montée sur roulettes; sport consistant à se déplacer sur cette planche. ⇒ skate-board. Planche à roulettes à voile. speed-sail.
9(1878) Arg. scol. Tableau noir, interrogation au tableau. Il a fait une bonne planche. 2.plancher.
II(fin XIIIe) Espace de terre cultivée, plus long que large, dans un jardin. Les planches d'un carré de légumes. Les planches d'un potager. couche (II). « elles l'approchaient des planches [la lanterne], elles distinguaient confusément [...] les haricots et les pois » (Zola). Labour en planches, par bandes larges et planes ou légèrement bombées.

planche nom féminin (bas latin planca, du latin classique phalangae, bâtons) Morceau de bois plat et relativement long, destiné à la construction ou à la fabrication d'objets, à l'aménagement d'éléments de rangement, à des rayonnages, etc. Tablette, plaque de bois servant de support pour découper, travailler des aliments : Planche à découper. Planche à pain. Familier. Ski : Farter ses planches. Agriculture et Horticulture Portion longue et étroite d'un jardin ou d'un champ. Gravure et lithographie Plaque de bois ou de métal sur laquelle on exécute un travail de gravure, pour en tirer des estampes ; estampe, épreuve tirée sur cette plaque. Imprimerie Ensemble d'illustrations occupant dans un ouvrage la plus grande partie, sinon la totalité, d'une page. Sports En natation, rectangle de liège ou de plastique utilisé pour les exercices de jambes. ● planche (expressions) nom féminin (bas latin planca, du latin classique phalangae, bâtons) Familier. Entre quatre planches, dans son cercueil. Familier. Faire marcher la planche à billets, en parlant d'un gouvernement, multiplier les coupures en circulation et provoquer l'inflation. Familier. Planche à pain, femme qui n'a pas assez de poitrine. Familier. Planche pourrie, personne dont l'appui, le secours est incertain et dangereux. Planche de salut, dernière ressource dans une situation désespérée. Planche de bord, panneau placé devant le pilote d'un avion, au-dessous des glaces frontales du poste de pilotage, dans lequel sont insérés les cadrans ou écrans cathodiques des principaux instruments de bord. Labour en planche, labour qu'on exécute en adossant, et qui forme des bandes parallèles de terrain séparées par des dérayures où l'eau peut s'écouler. Planche à paquets, synonyme de plage arrière. Planche de bord, élément de carrosserie d'un véhicule recevant les organes de contrôle ainsi que les éventuels appareils d'aide à la conduite. Planche à dessin, plaque de bois plane, sur laquelle le dessinateur fixe son papier. Coup de planche, empreinte que laisse, dans le papier, le biseau de la planche de cuivre ou d'acier quand on tire une épreuve. (Taille-douce.) Planche à repasser, planche habillée de tissu dont une extrémité est arrondie et qui sert à repasser. Faire la planche, en natation, se maintenir étendu tout de son long sur le dos, en ne faisant que de faibles mouvements. Planche à neige, au Canada, surf des neiges. Planche à roulettes, jeu ou sport consistant à se déplacer, à exécuter des figures, des sauts, debout sur une planche reposant sur quatre roues ; cette planche. Planche à voile, flotteur en matière plastique semi-rigide et insubmersible, muni d'une voile fixée à un mât mobile et permettant la pratique de la voile de loisir ou de compétition ; sport pratiqué avec cet engin. (Ce sport a été introduit aux jeux Olympiques en 1984.) ● planche (synonymes) nom féminin (bas latin planca, du latin classique phalangae, bâtons) Automobile. Planche à paquets
Synonymes :
- plage arrière
Automobile. Planche de bord
Synonymes :
Gravure et lithographie. Coup de planche
Synonymes :
- témoin
Sports. Planche à roulettes
Synonymes :
Sports. Planche à voile
Synonymes :

planche
adj. (Québec) Plat, uni. Un terrain planche. Une route planche.
————————
planche
n. f.
rI./r
d1./d Pièce de bois plate, nettement plus longue que large et relativement peu épaisse.
|| SPORT Planche à voile: flotteur allongé muni d'une voile sur mât articulé, d'une dérive et d'un aileron.
Planche à roulettes: planche dont une face est pourvue de roulettes; sport pratiqué avec une telle planche, consistant à se déplacer et à réaliser des figures acrobatiques. Syn. (off. déconseillé) skate-board, (Québec) rouli-roulant.
(Québec) Planche à neige, conçue pour pratiquer le surf sur la neige.
|| Planche à repasser, sur laquelle on repasse le linge.
|| Planche à dessin: plateau de bois parfaitement plan sur lequel on fixe les feuilles de papier à dessin.
|| Loc. fig. Avoir du pain sur la planche: V. pain.
Planche de salut: dernière ressource, ultime recours.
d2./d Faire la planche: en natation, se laisser flotter sur le dos.
d3./d MAR Pièce de bois, passerelle jetée entre le pont d'un navire et le quai.
Jours de planche: temps accordé à un navire pour effectuer le chargement ou le déchargement de son fret.
d4./d Plur. Les planches: la scène, au théâtre.
Brûler les planches: jouer avec un talent exceptionnel.
d5./d IMPRIM Plaque de métal ou de bois préparée pour la gravure, pour la reproduction par impression.
|| Par ext. Estampe tirée sur une planche gravée.
Feuille contenant les illustrations, jointe à un ouvrage. Planches hors texte en couleur.
rII./r Petit espace de terre cultivée, de forme allongée, dans un jardin ou un champ. Une planche de salades.

⇒PLANCHE, subst. fém.
I. A. —Pièce de bois plane, plus longue que large et peu épaisse, obtenue par sciage en long d'un tronc d'arbre. Planche de chêne, de hêtre, de noyer, de sapin; barricade, cabane, cloison, pont en planches; clouer, poncer, raboter, scier, vernir une planche; assemblage de planches; planches d'une étagère. Effrayée, ayant peur de l'eau, Angélique suivit la Chevrotte, pour gagner la planche qui servait de pont (ZOLA, Rêve, 1888, p.86). Plus loin, les menuisiers commençaient à tirer des planches, à longs coups de leur varlope, de beaux copeaux odorants (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p.238):
1. Elle va jusqu'à la grande armoire, l'ouvre, et une tiède odeur de verveine remplit la pièce. De haut en bas, les planches sont chargées à rompre de linge blanc que le reflet du bois poli par les siècles dore imperceptiblement.
BERNANOS, Mouchette, 1937, p.1331.
Locutions.
♦[P. allus. à la planche servant à franchir un obstacle] Offrir, tendre une planche à qqn. Donner à quelqu'un le moyen de se sortir d'une situation désespérée. Elle avait tendu sans doute à l'artiste une planche pour passer ce détroit de la vie conjugale (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p.224).
Planche pourrie. Personne sur laquelle il n'est pas possible de compter. On ne te brûlera pas. Le prévôt et le syndic sont des planches pourries. Ils ne font que semblant de te protéger contre la foule (...). Mais le Cardinal est sincère. Il te sauvera (CLAUDEL, Bacchus, 1952, III, 5, p.190).
♦[P. allus. à la planche à laquelle s'accroche le naufragé] Planche (de salut). Ultime ressource dans une situation désespérée. Il avait travaillé trente ans dans l'espoir d'accrocher son nom à quelque planche de salut (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p.44). V. aussi infra ex. 5:
2. Une planche s'offrait après le naufrage: la diligence devait passer à six heures; ne pouvait-elle apporter la réponse du gouverneur? (...) À six heures un quart, Baptiste entre dans ma chambre: «Le courrier ordinaire de Prague vient d'arriver; il n'y a rien pour Monsieur». Le dernier rayon d'espoir s'éteignit.
CHATEAUBR., Mém., t.4, 1848, p.209.
Loc. adv. fam. Entre quatre planches. Dans un cercueil. On ira finalement dormir entre quatre planches: alors, l'argent, le gain, les biens, qu'a-t-on tant à en faire? (POURRAT, Gaspard, 1930, p.60).
[Dans une compar., à propos d'une femme] Mais, à ce moment, une longue figure noire entra, une grande fille sèche, maigre (...) Où donc avait-il vu cette haute planche à peine équarrie, cette taille plate, sans hanches ni poitrine (ZOLA, Fécondité, 1899, p.444). V. infra B 1 b planche à repasser et B 1 e planche à pain.
Plate comme une planche. C'est une grande fille plate comme une planche, le nez rouge et habillée fabuleusement (MÉRIMÉE, Lettres ctesse de Montijo, t.2, 1861, p.198).
B. —1. ARTS MÉN. Pièce de bois obtenue par sciage ou p.anal., pièce de bois en aggloméré ou lamellé.
a) Planche à laver. Planche sur laquelle on lave le linge. Dans la grange l'Adélaïde frottait sur sa planche à laver (AYMÉ, Jument, 1933, p.263).
b) Planche à repasser. Planche recouverte de tissu molletonné, le plus souvent à bouts arrondis et montée sur pieds, sur laquelle on repasse le linge. Les jours de savonnage, c'était encore pis! Il fallait (...) poser la planche à repasser sur son bureau et sur une autre table, faire essorer le linge (HUYSMANS, Marthe, 1876, p.62). Les planches à repasser pliantes (...) manquent souvent de stabilité et rendent difficile le repassage du linge qui a une grande surface (MATHIOT, Éduc. mén., 1957, p.76).
Au fig., péj. Femme maigre, plate et sans formes. Synon. planche à pain (infra e). L'homme: Vieille carne! (...) La femme: Vieux pignouf! (...) L'homme: Planche à repasser (...) La femme: Poivrot! (COURTELINE, Conv. Alceste, Cinquantaine, 1895, p.221).
c) Planche à pâtisserie. Planche sur laquelle on pétrit la pâte. Pour une installation de salle ménagère moderne, voici la liste de l'équipement convenant à chaque cuisinette: (...) 1 planche à pâtisserie de 60 cm; 1 rouleau à pâtisserie cylindrique de 60cm (MATHIOT, Éduc. mén., 1957, p.82).
d) Planche à découper. Planche sur laquelle on découpe la viande. La planche à découper, près de laquelle les pattes du lapin traînaient encore (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p.789).
e) Planche à pain
Vieilli. Planche sur laquelle on conserve le pain, le plus souvent fixée aux solives du plafond dans l'habitat rural traditionnel. Puis vinrent les quelques ustensiles en métal: les poêles, à longue queue (...) les deux chaudrons traditionnels, celui pour la graisse, celui pour la confiture. Et puis la planche à pain, (...) clouée au plafond (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p.160).
Planche sur laquelle on coupe le pain. (Dict. XXes.).
P. anal., péj. [En parlant d'une femme] Synon. planche à repasser (supra b). Sale petite menteuse! Comme si tu pouvais inspirer le moindre désir à un Valorin! Une planche à pain! (AYMÉ, Têtes autres, 1952, p.115).
Loc. verb. Avoir du pain sur la planche
Avoir de quoi survivre. Depuis qu'on a coupé la tête à ce fou de Salvat, tout leur réussit [à la femme et à la fille de Salvat]. Leur affaire est faite, elles ont du pain sur la planche (ZOLA, Paris, t.2, 1897, p.221).
Avoir du pain, du travail sur la planche. Avoir beaucoup de travail en perspective. [Les philosophes] se croisent les bras et ils s'installent dans la paix du dimanche. Plus de travail sur la planche. Ils méditent dans le repos du septième jour (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.84). Quand ma phrase aura l'allure même de cette promenade au trot, une-deux-trois, une-deux-trois alors le reste sera plus facile (...) Mais, pour cela, il avait encore du pain sur la planche. Il ne consentira jamais à livrer cette phrase telle quelle à un imprimeur (CAMUS, Peste, 1947, p.1302).
Arg., vx. Planche au pain. Banc des accusés. Enfin, on m'empoigne, on me met sur la planche au pain (SUE, Myst. Paris, t.1, 1842, p.92).
2. Autres domaines
a) ARCHIT., DESSIN. Planche (à dessin). ,,Plaque en bois, qui doit être parfaitement plane et à bords rigoureusement dressés, sur laquelle on fixe le papier pour dessiner aux instruments`` (BÉG. Dessin 1978). Chez Dream, c'est une véritable usine à plans. Il a constamment sous ses ordres quatre ingénieurs et quatre dessinateurs penchés sur leur planche et leur bureau (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.92):
3. ... [Aimé] s'était trouvé perché sur un haut tabouret de paille, avec une planche à dessin, une feuille de papier Ingres et, posée sur un chevalet, une tête de Minerve en plâtre.
RAMUZ, A. Pache, 1911, p.34.
b) MAR. ,,Planche ou assemblage de planches établissant la communication entre le navire et le quai`` (GRUSS 1978). Retirer la planche. Au moyen d'une planche jetée de la yole au rivage, M. Benoît descendit à terre (SUE, Atar-Gull, 1831, p.4). Le jour nous fera voir les rivages blanchissants de la Grèce. On pose une planche pour l'embarquement. Menelas: —Monte, Hélène [dans le bateau] (CLAUDEL, Protée, 1914, II, 5, p.348).
Planche de roulis. ,,Planche qu'on installe verticalement en bordure des couchettes, en cas de roulis, pour empêcher le dormeur de tomber`` (LE CLÈRE 1960).
Jour de planche.
c) SPORTS et LOISIRS
ATHL. (saut en longueur). Planche d'appel. ,,Solive peinte en blanc, placée transversalement à l'extrémité de la piste d'élan, dont la bordure extérieure constitue la ligne de départ d'où se mesure le saut`` (PETIOT 1982). L'entraînement au saut en longueur comporte avant tout et surtout des courses de vitesse de 60 à 80 mètres destinées à obtenir la régularité de foulées et, par conséquent la certitude pour le sauteur de tomber exactement sur la planche d'appel lors des compétitions (R. VUILLEMIN, Éduc. phys., 1941, p.146).
SKI, au plur. Synon. fam. de skis. Le poète explorateur Regnard (...) est même le premier à avoir qualifié les skis du surnom de planches, employé par tous nos skieurs modernes (L'Auto, 14 déc. 1933, p.4 ds GRUBB Sports 1937, p.56).
SURF. Planche lourde en bois ou en matière synthétique sur laquelle on se place debout ou à plat-ventre dans le but d'affronter la vague de ressac déferlant sur le rivage (d'apr. PETIOT 1982) ; p.méton., sport ainsi pratiqué. Il s'agissait du surf, jeu violent venu d'Honolulu. Je regardai Norman et le camarade se mettre à l'eau, chacun poussant devant soi sa planche de bois dur (Ph. HÉRIAT, Les Enfants gâtés, 1939 ds PETIOT 1982).
VOILE. Planche (à voile). Flotteur en matière plastique muni d'une dérive, d'un mât central et d'une voile que l'on manoeuvre pour se déplacer sur l'eau; p.méton., sport ainsi pratiqué. Faire de la planche à voile. Dans un monde épris de liberté et avide d'émotion, la pratique de la planche à voile est vraisemblablement l'un des exutoires les plus appropriés à la vie moderne, souvent difficile pour nos contemporains (Chr. TARGET, S. VALENTIN, J.-E. MAZER, Prat. de la planche à voile, t.1, 1982, p.6).
Planche (à roulettes). Petite plate-forme en matière plastique, à bouts arrondis, montée sur deux trains de roulettes, sur laquelle on se déplace par un mouvement de hanches analogue à la godille du skieur; p.méton., sport ainsi pratiqué. C'est aux parents de jouer, en lisant notamment les recommandations sur l'âge et l'emploi, en empêchant le petit dernier (...) de coiffer un simple casque de panoplie pour faire de la planche à roulettes (Le Point, 5 déc. 1977, p.55, col. 2).
P. anal.
GYMN. ,,Position statique à l'horizontale: station, suspension ou appui`` (PETIOT 1982). Le départ de l'équerre avec chute des jambes à la verticale, puis passage en planche avant, facilite un peu l'exécution (PIARD, Agrès masculins, 1968, ds PETIOT 1982).
NATATION, loc. verb. Faire la planche. Se maintenir sur le dos à la surface de l'eau, sans bouger ou en effectuant le moins de mouvements possible. Elle fit la planche, les bras croisés, les yeux ouverts dans le bleu du ciel. Il regardait, allongée ainsi à la surface de la rivière, la ligne onduleuse de son corps (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Yvette, 1884, p.516).
d) TISS. Planche à aiguilles. Planche percée de trous dans lesquels passent les aiguilles de la mécanique Jacquard. [Dans la mécanique Jacquard actuelle] les pointes des aiguilles passent à travers les trous de la planche à aiguilles et font saillie à l'extérieur de la mécanique (Ch. THOMAS, ARAUD, Fabric. drap, 1921, p.28).
3. Arg. scol., vieilli. Planche noire. Tableau noir. La planche noire destinée aux démonstrations mathématiques (JOUY, Hermite, t.1, 1811, p.83).
P. méton. ,,Interrogation. Passer en planche, une planche prolongée`` (ESN. 1966).
4. Au plur. et p.méton.
a) Les planches. Chemin de planches établi le long de certaines plages de la Manche. Lulu lui interdit de danser, de se baigner, de marcher au soleil [à Deauville]. Elle devait rester de longues heures étendue sur le balcon de sa chambre d'hôtel, à regarder les gens parcourir les planches, et les yachts de course se poursuivre sur la mer (DRUON, Gdes fam., t.2, 1948, p.133).
b) THÉÂTRE, MUSIC-HALL, fam. Les planches (d'un théâtre). Le plancher d'une scène. Avoir vingt ans de planches. Pendant dix ans, de 1817 à 1827, cette fille a brillé sur les illustres planches de l'Opéra (BALZAC, Prince Bohême, 1840, p.382). Les pièces qu'on joue sur les planches d'un théâtre sont écrites par des hommes de lettres (RENARD, Journal, 1890, p.65).
Métier d'acteur. Si je voulais du bien à quelqu'un, d'un sexe ou l'autre, qui se destine aux planches, je n'aurais rien tant à coeur que de le préserver de la souillure que c'est, d'interpréter les oeuvres je ne dis pas même ignobles, mais seulement médiocres (MONTHERL., Notes théâtre, 1954, p.1079).
Loc. verb.
Monter sur les planches. Faire du théâtre. Plus tard, quand il n'eut plus les moyens de mener une vie mondaine, il trouva encore des occasions de monter sur les planches, fût-ce dans des patronages (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.38).
Quitter les planches. Renoncer à faire du théâtre. Pénible, (...) pour un vieil acteur de quitter les planches (DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1937, p.341).
Brûler les planches.
II.GRAVURE
A. —Plaque de bois plate et mince, ou p.anal., plaque de pierre ou de métal poli, que l'on grave en vue d'une reproduction par impression. Buriner une planche. Philippe Desmahis (...) apporta au citoyen Jean Blaise une planche qu'il venait de graver au pointillé, le Suicide de Robespierre (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p.308):
4. ... il me disait qu'il avait chez lui tout un arsenal de planches de cuivre, sa femme ne pouvant faire un mouvement qui ne fût de grâce et d'élégance, et dix fois par jour, il s'essayait à surprendre ces mouvements dans une rapide pointe-sèche.
GONCOURT, Journal, 1894, p.517.
En partic. Planche à billets. Planche gravée servant à la fabrication du papier-monnaie. Chacun pressent l'émission des effets Popinot, tu l'as établi tout exprès pour en faire une planche à billets (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p.330):
5. Face à une masse de revendications légitimes mais parfaitement incompatibles, le gouvernement est obligé de céder pour ramener le calme et relancer la production. Il vide les caisses, accroît les importations et finit par prendre la planche à billets pour une planche de salut.
Le Nouvel Observateur, 6 juin 1981, p.32, col. 3.
Loc. verb., péj. Faire marcher la planche à billets. Émettre du papier-monnaie de manière excessive et pouvant provoquer une inflation:
6. ... vous, ouvriers rhénans, et les paysans français des régions dévastées, vous êtes en lutte avec les magnats des régions occupées, qui ne veulent vous payer (...). Ils font marcher la planche à billets et placent l'argent à l'étranger, pendant qu'ils vous paient des salaires de famine.
BARRÈS, Cahiers, t.14, 1923, p.253.
B.P. méton. Estampe tirée au moyen d'une planche gravée. Synon. gravure. Il regarde ses tableaux et ses estampes: deux Salomés de Gustave Moreau, des planches de Luyken, représentant des supplices de martyrs, des dessins d'Odilon Redon (LEMAITRE, Contemp., 1885, p.328).
P. ext. Dessin ou illustration en pleine page accompagnant dans un ouvrage l'étude d'un thème. Planche d'anatomie; planche en couleurs; planches d'une encyclopédie; planches d'une bande dessinée; planches hors-texte. Deux planches au lavis ne me permettaient pas non plus d'ignorer désormais le nom d'aucun coquillage (GIRAUDOUX, Suzanne, 1921, p.176). Je m'enchantais (...) des planches de mon atlas (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.26).
III. A.Spécialement
1. AUTOMOB., AVIAT. Planche de bord. Synon. plus usuel tableau de bord. Je ne vois plus la planche de bord [de l'avion]. Mes mains s'amollissent sur le volant. Je n'ai même plus la force de parler. Je m'abandonne (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p.290). Citroën, Peugeot (sur la «402»), Renault (sur ses modèles de luxe d'avant guerre) ont placé le levier des vitesses dans la planche de bord (TINARD, Automob., 1951, p.341).
2. CUIS., vx. Bande de lard, longue et large. 200 000 kilos de lard en planches (Journ. offic., 4 févr. 1872, p.828, 1re col. ds LITTRÉ Suppl. 1877). On le reconnaît [le lard salé d'Amérique] à la grande dimension des planches (Douanes, Tarif de 1877, note 111re col. ds LITTRÉ Suppl. 1877).
3. MÉTALL. ,,Forme qui sert à la coulée de certains métaux ou alliages, comme le laiton`` (Lar. encyclop.). On réunit le laiton de six ou huit creusets, et on s'apprête à le couler en planches (Al. BRONGNIART, Traité de minér., t.2, 1807, p.360 ds POUGENS ds LITTRÉ).
4. MINES ET CARR. Bloc d'ardoise non encore fendu. (Dict.XIXe et XXes.).
5. SERR. ,,Plaque à l'intérieur d'une serrure, (...) servant de guide d'appui, et éventuellement de sûreté supplémentaire`` (BARB.-CAD. 1971).
B.AGRIC., HORTIC. Surface cultivée, longue et relativement étroite, dans un jardin ou un champ. Cultiver une planche de carottes. On descend au jardin arroser les planches de laitues (POURRAT, Gaspard, 1930, p.15):
7. On sait qu'un champ prêt à être ensemencé est divisé en planches égales, de cinq pas de largeur chacune (...). Le semeur entame la première planche à sa droite. Au tiers de la terre, parce qu'il va et vient dans le sens de la longueur, et marche, au retour, à la même distance du bord opposé. Ainsi, le blé se croise également des deux côtés sans laisser de place non couverte.
PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p.2.
Labour en planches (p.oppos. à labour en billons, v. billon). Labour en bandes larges et planes dans lequel la charrue renverse toujours la terre du même côté. Les labours en planches [sont] effectués avec des charrues ne possédant qu'un corps, et versant par conséquent d'un seul côté (BALLU, Mach. agric., 1933, p.106).
REM. 1. Planche, adj., région. (notamment Canada), vieilli. Plat, plan. Un sol planche. Du beau terrain «planche» aussi loin qu'on peut voir, pas de crans ni de bois, rien que des champs carrés avec de bonnes clôtures droites, de la terre forte (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p.30). Peut-être, se dit Nazaire, que si j'avais eu une vie de même j'aurais moins envie de mouver. Ma vie ici est comme ces champs, trop planche d'un bout à l'autre (GENEVOIX, Laframboise, 1942, p.18). 2. Planche-contact, subst. fém., phot. ,,Feuille de papier photographique sur laquelle a été tirée simultanément par contact une série de négatifs`` (Phot. 1979). Certains laboratoires sont encore équipés d'une tireuse: elle sert à établir les «planches-contact» des clichés de petit et moyen format permettant l'appréciation et le choix des négatifs (R. BOUILLOT, La Phot. mod., Paris, 1975, p.125). La planche-contact sert communément à identifier, classer, sélectionner et cadrer en vue de l'agrandissement ultérieur des images (Phot. 1979). 3. Planchiste, subst. Celui, celle qui pratique la planche à voile. Dès que le vent atteint force 3, les débutants comme les planchistes confirmés ont deux à quatre jours pour apprendre ou perfectionner une manoeuvre de base (Le Monde loisirs, 4 mai 1985, p.V).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1150 «passerelle, petit pont fait de planches» (Conte de Floire et Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 1507); b) ) 1160-74 «pièce de bois plane, plus longue que large» (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 5226); ) 1794 faire la planche «flotter sur le dos» (DESFORGES, Le Sourd, 6 [Toubon] ds QUEM. DDL t.25); ) 1873 planche à dessin (A. et L. TOLHAUSEN, Dict. technol., Leipzig, p.627b); ) 1874 «personne maigre» (Lar. 19e); 1899 «femme maigre» (ZOLA, loc. cit.); c) ) 1541 «ce qui facilite une chose, sert d'exemple» (CALVIN, Institution, éd. J.-D. Benoit, IV, XIX, 17, p.484); ) 1822 planche de salut (MICHELET, Mémor., p.212); 2. 1293 «espace de terre cultivée, plus long que large, dans un jardin» (doc., Indre-et-Loire ds GDF.); 3. a) 1575 «estampe tirée sur une planche gravée» (PARÉ, OEuvres compl., Dédicace, éd. J.-F. Malgaigne, t.1, p.3); b) 1585 «plaque, feuille de métal poli, destinée à la gravure et à la reproduction par une impression» (CHOLIÈRES, Matinées, III ds OEuvres, éd. E. Tricotel et D. Jouaust, t.1, p.97); c) 1837 planche à billets (BALZAC, loc. cit.); 4. 1761 «le plancher de la scène, au théâtre» (CHEVRIER, Le Colporteur, p.103: monter sur les planches); 5. 1807 «lingot de laiton» (Al. BRONGNIART, loc. cit.); 6. 1872 «grand et long morceau de lard» (Journ. offic., loc. cit.); 7. a) 1878 «tableau noir» (d'apr. ESN.); b) 1929 «interrogation au tableau» (ibid.); 8. 1932 planche de bord (Lar. 20e); 9. 1933 plur. «skis» (L'Auto-Vélo, 14 déc. ds PETIOT). D'un b. lat. planca (IVes., PALLADIUS ds GAFF.), forme syncopée de palanca (v. palanche), née peut-être sous l'infl. de planus «de surface plane, plat». Fréq. abs. littér.:2237. Fréq. rel. littér.: XIXes.: a) 2063, b) 4382; XXes.: a) 4382, b) 2769. Bbg. Archit. 1972, p.56. — BALL (R. V.). Nouv. dat. pour le vocab. de l'automob. Fr. mod. 1975, t.43, p.53. — HOTIER Cirque 1973 [1972] p.120. — QUEM. DDL t.10, 14.

planche [plɑ̃ʃ] n. f.
ÉTYM. V. 1190; plance, v. 1155; bas lat. planca, fém. substantivé de plancus « aux pieds plats », du grec phalanx.
1 Pièce de bois plane, plus longue que large et généralement peu épaisse. Ais, chanlatte, latte, planchette, palplanche. || Scier des planches dans un tronc d'arbre ( Refendre). || Planche de chêne, de sapin ( Sapine), de merrain… || Planche couverte d'écorce ( Dosse), non équarrie. || Aplanir, raboter une planche. || Planche très épaisse, mince ( Feuillet). || Planches et madriers.Utilisation des planches. Charpente, ébénisterie, menuiserie. || Planches utilisées pour la couverture, le cloisonnage. Bardeau, volige. || Planche à tonneau. Douve.Assemblage, taille des planches. Alaise, languette, onglet. || Planches assemblées, clouées; ajointées, jointives. || Ouvrage en planches. Boisage, planchéiage. || Caisse, cloison, panneau; barrière, palissade (cit. 1) en planches. || Construction, maisonnette, échoppe en planches. Baraque (cit. 1), cabane, chalet. || Sol en planches. Plancher. || Estrade, plate-forme en planches. || Chemin de planches, sur une plage de sable. || Planche en équilibre, servant de balançoire. Balançoire, branloire (vx). || Planche élastique, servant de tremplin (→ Bondir, cit. 4). || Planche d'un plongeoir. || Planche jetée sur un ruisseau, en guise de passerelle.Allus. littér. || « Le plus grand philosophe, sur une planche plus large qu'il ne faut… » (→ Imagination, cit. 11, Pascal).Coucher, dormir sur une planche (→ Macération, cit. 2; et aussi lit, cit. 2).Planches sur des tréteaux, servant de bancs, de tables (→ Festin, cit. 3). || Planches servant de support, d'étagère ( Tablette), de rallonge. || Planches d'une armoire, d'un placard ( Rayon).Planches recouvrant la membrure d'un navire. Bordage. || Radeau, barque, ponton en planches. || Planches mobiles servant de banc, de dossier, dans une embarcation. — ☑ Loc. Mar. Planche à roulis, placée au bord d'une couchette. Spécialt, absolt. Planche servant à monter à bord, au chargement et au déchargement des marchandises. || Retirer la planche. — ☑ Loc. Jours de planche. Jour, II., 5.
1 (…) une chaise de paille, une table de bois (…) une planche de sapin qui soutenait quelques livres (…)
Diderot, Regrets sur ma vieille robe de chambre.
2 Ludovic fit passer plus de vingt fossés à Fabrice. Il y avait des planches fort longues et fort élastiques qui servaient de ponts sur les plus larges de ces fossés; Ludovic retirait ces planches après avoir passé.
Stendhal, la Chartreuse de Parme, I, XI.
3 (…) j'arrachai trois planches du parquet de la chambre, et je déposai le tout entre les voliges. Puis je replaçai les feuilles si habilement (…) qu'aucun œil humain (…) n'aurait pu y découvrir quelque chose de louche.
Baudelaire, Trad. E. Poe, Nouvelles histoires extraordinaires, « Le cœur révélateur ».
4 Des planches, en guise de table, ont été posées sur des tréteaux (…)
Alain-Fournier, le Grand Meaulnes, I, XIII.
Planche à dessin : panneau de bois parfaitement plan sur lequel on fixe une feuille de papier à dessin (notamment en dessin industriel et d'architecture).Planche à laver, sur laquelle on foule, on brosse le linge.Planche à repasser recouverte de molleton. Par ext. Cette planche, montée sur un support (syn. : table à repasser). — ☑ Planche à pain, sur laquelle on pose le pain pour le couper (loc. fig. Avoir du pain, et, par anal., du travail sur la planche) ou sur laquelle on range le pain; fig. Avoir son pain (cuit) sur la planche. Pain.Planche à découper. || Planche à pâtisserie. || Planche à bouteilles, servant à l'égouttage des bouteilles.
5 Gervaise (…) commençait à décrasser son linge. Elle venait d'étaler une chemise sur la planche étroite de la batterie, mangée et blanchie par l'usure de l'eau (…)
Zola, l'Assommoir, I, t. I, p. 18.
6 Certainement le gouvernement réserve cette nouvelle; il est bon d'avoir un peu de joie sur la planche.
Gide, Journal, 15 août 1914.
(1901). Athlétisme (saut en longueur). || Planche d'appel : solive placée à l'extrémité de la piste d'élan et à partir de laquelle se mesure le saut.
Fam. Ski. || « Le skieur… cire la semelle de ses bois ou, plus familièrement, de ses planches… » (Lacroix, in Classe de Français, oct. 1953, p. 130).REM. Le mot a été utilisé pour désigner les skis, avant l'emprunt de ce mot :
6.1 (…) nous ne vîmes rien qui mérite d'être écrit, qu'une paire de ces longues planches de bois de sapin avec lesquelles les Lapons courent d'une si extraordinaire vitesse.
J.-F. Regnard, Voyage en Laponie, p. 87.
Planche de surf : planche de forme spéciale, utilisée pour se tenir en équilibre sur des eaux déferlantes (→ ci-dessous le sens 5).
(1870). Argot des écoles. Vx. Tableau noir. || Travailler à la planche.(1929). Mod. Interrogation au tableau. || Faire une bonne planche. Plancher (verbe).
6.2 Je ne passai ma seconde planche que le surlendemain. Dans l'intervalle, muni d'un plan de Paris, je partis au hasard par les rues, toujours à pied, m'enivrant d'images. Enfin passif et délié, recru d'une saine fatigue, je passai, avant ce second examen que je pensais être le dernier, une nuit de profond sommeil.
R. Abellio, Ma dernière mémoire, t. I, p. 195.
Loc. Être cloué entre quatre planches, mort et enfermé dans le cercueil.
7 Elle-même (Françoise), peut-être, n'aurait pu dire pourquoi elle faisait ainsi la morte, avant d'être clouée entre quatre planches.
Zola, la Terre, V, IV.
Loc. fam. Être maigre, plate comme une planche : être maigre, plate (se dit d'une femme). — ☑ Fig. C'est une planche, une vraie planche à pain.
8 Malgré tant de désavantages, malgré sa prestance de planche, elle tenait de son éducation et de sa race un air de grandeur (…)
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, Pl., t. V, p. 735.
(1808). Faire la planche : s'étendre dans l'eau sur le dos pour flotter.
9 Au large, nous avons fait la planche et sur mon visage tourné vers le ciel le soleil écartait les derniers voiles d'eau, qui me coulaient dans la bouche.
Camus, l'Étranger, I, VI.
Loc. fig. Planche de salut, de sauvetage (→ Obstiné, cit. 1) : suprême appui, et, par ext., ultime ressource, dernier moyen qui permet d'échapper à une catastrophe.Absolt, vx. || Une planche dans le naufrage.
10 Les ressources suprêmes sortent des résolutions extrêmes. S'embarquer dans la mort, c'est parfois le moyen d'échapper au naufrage; et le couvercle du cercueil devient une planche de salut.
Hugo, les Misérables, V, I, VII.
(1594). Fam. Une planche pourrie : une personne sur laquelle on ne peut compter, qui ne peut fournir d'appui solide.
2 (XVIIIe). || Les planches : le plancher de la scène, au théâtre. Scène, théâtre; tréteau(x). Par ext. Le métier de comédien, de chanteur, de danseur…Monter sur les planches, en scène (→ Fourmi, cit. 8; ingénu, cit. 5).Il a l'habitude des planches, c'est un enfant de la balle. — ☑ Loc. Brûler (cit. 15) les planches, brûleur (cit. 2) de planches.
11 L'opinion du monde, trop justifiée, hélas ! par les mœurs du théâtre, est que toute actrice se double d'une courtisane. Quand une femme a mis le pied sur les planches, elle appartient au public; les regards avides détaillent ses charmes, scrutent ses beautés, et l'imagination s'en empare comme d'une maîtresse.
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, X.
12 J'ai eu dans mon enfance et ma jeunesse un amour effréné des planches. J'aurais été peut-être un grand acteur, si le ciel m'avait fait naître plus pauvre.
Flaubert, Correspondance, 114, 8 août 1846.
3 (1585). || Planche d'imprimerie ou planche : pièce de bois plate et mince, et, par ext., plaque, feuille de métal poli, destinée à la gravure et à la reproduction par une impression (→ Imprimerie, cit. 1). || Les caractères mobiles ont remplacé les planches d'imprimerie. || Planche de bois; de cuivre, d'acier || Graver, buriner, retoucher une planche. Graveur, gravure. || Planche en photogravure. || Planche usée par des tirages répétés.Par ext. (Abusivt). Composition d'imprimerie (→ Forme, cit. 83). || Cliché d'une planche d'imprimerie.
13 Non seulement l'eau-forte est faite pour glorifier l'individualité de l'artiste, mais il est même impossible à l'artiste de ne pas inscrire sur la planche son individualité la plus intime.
Baudelaire, Curiosités esthétiques, XIII.
Spécialt. || Planche à billets, servant au tirage des billets de banque.Faire fonctionner, faire marcher la planche à billets : émettre du papier-monnaie (généralement, en trop grande quantité).
13.1 Papa n'est pas faux-monnayeur pour disposer d'une planche à billets.
Hervé Bazin, Cri de la chouette, p. 169.
(V. 1560). Par métonymie. Estampe tirée sur une planche gravée. Gravure; estampe. || « Cet œuvre (de Gavarni) éparpillé (cit. 22) en livres, en albums, en séries et en planches détachées ». || Atlas de deux mille planches (→ Efflorescence, cit. 3). || Planches en hors-texte.Feuille ornée d'une gravure. || Les planches en couleurs d'un livre.
Page dessinée (dans la « bande dessinée »). || Les planches d'un album de B. D.
Photogr. || Planche-contact, n. f. : tirage sur une seule feuille de toutes les vues d'un film photographique. || Choisir des tirages sur une planche-contact. || Des planches-contacts.
4 Techn. Lingot de laiton.Bloc d'ardoise brut.
(1765). Pièce d'une serrure qui empêche le fonctionnement d'une clé non adaptée.
(1872). Cuis. Grand et long morceau de lard.
(1932). Aviat. || Planche de bord : panneau où se trouvent les instruments de bord. Tableau.
(Mil. XXe). Support du mécanisme d'un appareil d'horlogerie.
5 Emplois spéciaux du sens 1. (1976). Sports, cour. || Planche à roulettes ou planche : petite planche montée sur roulettes.Sport. Jeu consistant à se déplacer, monté sur cette planche. Skate-board (anglic.). || Faire de la planche. Planchiste, skateur (anglic.). || Il préfère la planche au patin (à roulettes). || Figures de planche. || Piste pour la planche à roulettes. || Équipement (casque, gants, genouillères) pour la planche.
REM. Le dér. planche-à-roulettiste (Marie-France, oct. 1978, p. 22, etc.) n'a pas vécu.
(1975). || Planche à voile ou planche : engin de forme voisine de celle de la planche (1.) de surf, muni d'une petite quille ou d'une dérive, et d'une voile, tenue à la main par l'intermédiaire d'un wishbone. Sport consistant à se déplacer sur cet engin. || Personne qui pratique la planche à voile. Planchiste, véliplanchiste. || Régate de planches. || La planche à voile a détrôné le dériveur. || Combinaison de planche à voile.
6 (1293). Espace de terre cultivée, plus long que large, dans un jardin. || Les planches d'un carreau (cit. 6), d'un carré. || Planches d'un potager (→ Jardinier, cit. 1). aussi Couche.
14 (…) et elles l'approchaient des planches (la lanterne), elles distinguaient confusément, dans le cercle étroit de lumière, les haricots et les pois rasés au pied, les salades tranchées, hachées (…).
Zola, la Terre, II, II.
(1869). || Labour par planches, par bandes larges et planes.
DÉR. Plancher (n. et v.), planchette. — (De 5.) Planchiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • planche — PLANCHE. s. m. Ais, morceau de bois scié en long, & qui a ordinairement un pouce d épaisseur, & un pied de largeur. Une planche de six pieds, de neuf pieds, de douze pieds de long, planche de sapin. planche de chesne. planche de bois de hestre.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Planche — 〈[ plã:ʃ] f. 10; Fechtsp.〉 Fechtbahn [frz., „Brett, Planke“] * * * Planche [plã:ʃ], die; , n […ʃn̩] [frz. planche, eigtl. = Planke, Brett < spätlat. planca, ↑ Planke] (Fechten): Fechtbahn. * * * Planche   [plãʃ; …   Universal-Lexikon

  • Planche — may refer to: * Planche (exercise), a bodyweight exercise * James Planché, a British dramatist, antiquary and officer of arms * Jean Baptiste Gustave Planche * La Planche, a village …   Wikipedia

  • planche — Planche, f. penac. Vient du Latin Planca, Qui est un ais tout plain et uni, Festus, Et se prend pour un tel ais porté sur les deux bords d un fossé, pont, ruisseau ou riverote, ou sur les crouppes de deux murailles servant à passer d un lez à l… …   Thresor de la langue françoyse

  • PLANCHE (G.) — PLANCHE GUSTAVE (1808 1857) Critique littéraire, Gustave Planche entre en 1831 à la Revue des Deux Mondes , publication fort conservatrice où il fait une carrière brillante. Il exerce son magistère avec autorité, austérité et dogmatisme. Sa… …   Encyclopédie Universelle

  • Planche — [plã:ʃ] die; , n [...ʃn̩] <aus gleichbed. fr. planche, eigtl. »Planke, Brett« dies über spätlat. planca aus lat. p(h)alanga, vgl. ↑Phalanx> Fechtbahn …   Das große Fremdwörterbuch

  • Planche — [plã:ʃ ], die; , n <französisch> (Fechtbahn) …   Die deutsche Rechtschreibung

  • planche — (plan ch ) s. f. 1°   Morceau de bois refendu, peu épais, et plus long que large. •   Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche, LA FONT. Fabl. XII, 4. •   À quelques lieues de Mojaïsk, il fallut traverser la Kologha ; ce n était qu un… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PLANCHE — s. f. Ais, morceau de bois refendu, ayant peu d épaisseur, et plus long que large, dont on se sert principalement dans les ouvrages de menuiserie. Une planche d un pied de large, de six pieds, de neuf pieds, de douze pieds de long. Planche de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PLANCHE — n. f. Ais, pièce de bois refendu, ayant peu d’épaisseur. Planche de sapin. Planche de chêne. Planche de bois de hêtre, de bois de noyer. Scier des planches. Passer un ruisseau sur une planche. On ne saurait monter sur ce bateau, la planche a été… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.